Le président Macky Sall : les sénégalais aiment la fête et ne travaillent pas assez

Le président Macky Sall

Le président Macky Sall

Lors de l’ouverture du séminaire de la coalition Benno Bokk Yaakaar* qui s’est tenu pendant le week-end, le président de la République Macky Sall a dénoncé l’attitude des sénégalais qui : « Ne travaillent pas assez et qui passent tout leur temps, à longueur d’année, à faire la fête ». Une opinion diversement appréciée par ses concitoyens et qui renvoie à la relation des sénégalais avec le travail et la jouissance.

Les déclarations du président de la République ont été saluées par certains sénégalais qui estiment que le gaspillage des ressources ne participe nullement au développement du pays. Pour d’autres, les sénégalais travaillent de leur mieux pour leur épanouissement et pour le développement du pays et qu’il revient à l’Etat de les accompagner pour l’essor de leurs activités.

Pour ma part, je suis dans une certaine mesure en accord avec le président. Les sénégalais, globalement, ne travaillent pas assez.

Il suffit de simples remarques pour s’en rendre compte.

Les retards et absences observés chez les travailleurs, les délais excessifs quant à la délivrance de certains documents administratifs, la fréquence des cérémonies religieuses et sociales sont autant de faits qui soutiennent l’avis du président.

Toutefois, il faut reconnaître qu’il ne s’agit point de l’ensemble des sénégalais. Beaucoup de personnes, exerçant surtout une activité informelle, travaillent très dure de l’aube au soir afin de gagner leur vie. Ces gens, conscients qu’ils ne peuvent compter que sur leurs activités, y mettent toute leur énergie contrairement à la plupart des personnes ayant une profession régulièrement rémunérée.

En ce qui concerne la redistribution des ressources, force est de constater que la partie la plus importante de nos revenus est dévolue aux fêtes et cérémonies de toutes sortes qui rythment notre vie.

Les fêtes constituent pour les sénégalais des occasions dédiées aux dépenses excessives. Et malheureusement, leur nombre ne cesse de croître.

Aux fêtes religieuses traditionnelles, se sont ajouté d’autres cérémonies comme le retour de pèlerins de la Mecque, les baptêmes, mariages, et même, de nos jours, les funérailles.

Toutes ces cérémonies participent à appauvrir les sénégalais qui y laissent presque toutes leurs ressources et en conséquence entravent le développement du pays.

L’appel du président est donc à saluer.

Cependant, il importe de reconnaître que l’Etat a un rôle imminent à jouer pour inciter les sénégalais à travailler plus et à ne plus gaspiller leurs ressources.

Aux propos du président, des actes concrets doivent être joints. L’Etat, doit être le premier à donner l’exemple.

Les délais concernant certaines procédures administratives doivent être revus à la baisse. A cela, il faut instaurer un système de sanction, à tous les niveaux, visant à pousser les travailleurs au respect de certaines règles.

Aussi, pour véritablement montrer que l’Etat est résolument engagé à lutter contre les gaspillages, il conviendrait que certaines dépenses non prioritaires, faites à partir de l’argent du contribuable, soient tout simplement abolies.

Les fonds politiques et autres dotations à certaines autorités politiques, religieuses… constituent également une forme de gaspillage orchestrée par l’Etat lui même.

J’ai été surpris que le président de la République n’ait pas cité les meetings politiques qui aussi constituent des fêtes où sont dilapidées des ressources dont la plupart proviennent des comptes publics.

Ainsi, afin d’accorder ses propos à sa volonté de combattre la gabegie des sénégalais qui ne travaillent pas assez, le président Macky Sall se retrouve en face d’un vaste chantier dont l’amorce serait nécessairement qu’il donne l’exemple à travers sa politique de gestion du pays.

Benno Bokk Yaakaar* : Coalition des partis politiques de la majorité.

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.