Sénégal : Naufrage du « Joola », 12 ans après…

Bateau le Joola

Bateau le Joola, source Seneweb.com

Il y’a douze ans, le Sénégal connaissait sans doute le plus tragique événement de son histoire. Le Bateau « le Joola » faisait naufrage et avec lui disparaissaient prés de 2000 personnes. Un incident douloureux qui, encore, est dans tous les esprits.

Cela c’est passé dans la nuit du 26 au 27 septembre 2002 au large des cotes de la Gambie. Tout est allé très vite selon certains des rares rescapés. Tellement vite que seulement 65 parmi les quelques 2000 passagers aient survécu.

Ce bilan macabre s’explique d’une part par la surcharge du ferry qui avait de très loin dépassé sa  capacité d’accueil qui était de 550 passagers et d’autre part par le retard accusé par les secours, présents sur les lieux que le lendemain. Autant de manquements qui jusque là n’ont jamais été situés.

Douze ans après, le constat est plus que désolant.

Ce sinistre avait plongé le pays dans son entièreté dans le plus vif émoi. Le moment était à la consternation et à une prise de conscience évidente. L’on mesurait mieux les conséquences qui pouvaient découler de certains actes irresponsables tels que les surcharges dans les transports. Le sénégalais, pendant un moment respectait certaines règles de disciplines et s’y conformait. Il n’a pourtant fallu qu’un petit moment pour que l’on renoue avec nos vieilles habitudes. Les surcharges dans les transports sont redevenues de plus en plus fréquentes. Comme si « le Joola » n’était qu’un cauchemar, qu’un mauvais rêve.

Les autorités avaient en son temps promis entre autre, d’indemniser et d’assister l’ensemble des familles des victimes, de faire des enfants des victimes des pupilles de la nation, d’œuvrer pour un désenclavement de la région naturelle de la Casamance et surtout de situer toutes les responsabilités.

C’est assez regrettable de constater que l’enquête judiciaire ouverte juste après l’incident a finalement été close sans qu’aucune responsabilité ne soit située. Même les tentatives des proches de victimes françaises ont jusque là échoué faute d’une réelle volonté des autorités étatiques sénégalaises.

L’actuel régime est interpellé si l’on sait qu’il a diligenté l’ouverture des procès relatifs aux enrichissements illicites et l’organisation du procès de Hissene Habré. L’élucidation des causes du naufrage du « Joola » et la situation des responsabilités en sont-elles moins importantes ?
Les autorités sont également interpellées sur la généralisation de l’indemnisation des victimes et l’assistance promise à leurs enfants.

Les vœux de l’association des proches des victimes consistant à renflouer le navire et à l’érection d’un mémorial du Joola sont aussi des chantiers auxquels le gouvernement devrait accorder plus de crédit ne serait-ce que pour leur permettre d’avoir un lieu de recueillement.

Mais le véritable défi relève de tirer tous les enseignements de cette douloureuse circonstance afin que plus jamais l’on ne revive une tragédie d’une telle ampleur.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.